Un livre. Une guitare. Deux voix.

 

 Extrait : 

 J'écris des poèmes à la lumière du jour du tissu élimé de maman. Je sais que c'est l'ultime cadeau qu'elle dépose dans mes mains distraites. Si je ne parle pas d'elle, qui d'autre ? 

 

 

 

 


« Le chemin est long, semé d’embûches. Avec le temps, la maladie s’en mêle – s’emmêle – et avec elle, son lot de pertes, de deuils : de l’être aimé, de la maison, de l’autonomie, du temps passé, des rêves à réaliser. L’amour reste. Avec délicatesse, tolérance et simplicité, Angélique Condominas trouve les mots pour suggérer des émotions intimes. Intime, et pourtant, cette poésie-là appelle à être dite et redite à haute voix, à être criée tant elle nous embarque et résonne d’universalité. »

Préface du Dr Constance Carnovali